Les archives de LULLY CONSEIL

13 août, 2011

Bordeaux : les investisseurs chinois ont réalisé sept acquisitions depuis trois ans

Classé dans : Fusions-Acquisitions — lullyconseil @ 18:13

Un article du Quotidien du Peuple qui revient sur les investissements chinois dans le vin, notamment à Bordeaux en présentant six transactions ; MK Finance – Lully Conseil ont conseillé l’opération Château Richelieu et une opération confidentielle en Côtes de Blaye qui n’est pas repertorié dans les six transactions présentées :

« En mars 2011, Shen Dongjun, joaillier chinois, a acheté à titre privé le Château Laulan Ducos, cru bourgeois du Médoc, une propriété familiale de près de 22 hectares dans le Bordelais. Cette nouvelle a étonné ce secteur d’activité. C’est la 6ème acquisition de châteaux de Bordeaux par les capitaux chinois et la première du genre, à titre privé. La somme requise pour cet achat a dépassé 200 millions de yuans (environ 31,25 millions de dollars).


Selon un récent reportage du journal “Huaxia Shibao” basé à Beijing, avant Shen Dongjun, 5 acquisitions de châteaux de Bordeaux ont été faites par des capitaux chinois. La plus ancienne a eu lieu en 2008 : le Groupe Longhai a acheté le Château Latour-Leguens dont la production était de 160 000 bouteilles par an; en 2009, la Société internationale de A&A de Hong Kong a acheté le droit de prise de contrôle du Château Richelieu, château parmi les plus anciens de Bordeaux; en novembre 2010, un milliardaire chinois a acheté le Château Chenu Lafitte qu’il a donné ensuite à son fils comme un don; En février 2011, la COFCO (China Oil & Foodstuffs Corporation) a acheté le Château de Viaud pour plus de 10 millions d’euros.

Les milliardaires chinois déclenchent un nouvel essor d’acquisitions de châteaux de vin. Selon M. Lu Jiang, conseiller de WINEONLINE WINE CLUB, en plus des acquisitions susmentionnées qui ont été rapportées par les médias, d’autres achats, plus nombreux, sont en cours de négociations ou à l’étude. Les achats ont eu lieu non seulement dans la région de Bordeaux, mais aussi en Australie, au Canada et en Amérique latine. Certains groupes s’y préparent aussi et les patrons de mines de charbon du Shanxi sont également prêts à se lancer dans de pareilles acquisitions.

L’économie européenne frappée par la crise financière a fourni une bonne occasion aux milliardaires chinois d’acheter des châteaux de vin. D’une part, les vins dans le monde entier dépendent du marché chinois dans leur développement, d’autre part, outre le vin des châteaux français connus demeuré toujours très demandé, la plupart des châteaux ordinaires de la France connaissent des difficultés dans la vente. Il est donc possible pour les acheteurs chinois de discuter des prix.

Mais selon M.Lu Jiang, les châteaux achetés par ces milliardaires chinois ne comptent pas parmi les plus puissants. Les châteaux potentiellement riches ne pourraient pas être mis en vente. Citons en exemple le Groupe PPR, géant français des cosmétiques, qui a acheté le Château Latour dans les années 1990, pour qu’il ne soit pas tombé dans les mains de patron étranger. PPR est donc considéré comme héros national de la France.

En outre, le système de classification des vins de Bordeaux a été mis en place en 1855, d’où la naissance des 5 grands Châteaux de Bordeaux. Mais les acheteurs chinois négligent souvent cette classification, croyant qu’il suffit d’améliorer l’emballage pour pouvoir augmenter les prix. Ce point de vue est erroné, a dit Lu Jiang.

A l’heure actuelle, le vin des châteaux achetés se vend entièrement dans la partie continentale chinoise, notamment dans les villes de 2e et de 3e lignes où les consommateurs ne connaissent guère le vin.

“Il existe de grands risques dans l’acquisition de châteaux”, a dit Lu Jiang, expliquant qu’on devra investir beaucoup, même davantage après l’achat du château. En 2001, Colony Capital a acheté Lascombes pour 69 millions de dollars. Et après, elle a encore injecté 35 millions d’euros pour augmenter les équipements et le nombre des travailleurs. Elle a encore construit une cave de vin moderne et élargir la surface des vignobles. Ce n’est qu’en 2010 que le prix proposé sur le mrché à terme du vin s’est élevé à 72 euros , contre 22 euros en 2000.

Le conseiller Lu Jiang a recommandé aux acheteurs de bien réfléchir et de manière générale lors d’une acquisition de château.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Les folies du TD L |
Mon ULM SAVANNAH |
Le Site officiel des économ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le blog du savoir
| Actus
| Sahara