Les archives de LULLY CONSEIL

31 décembre, 2006

Laroche : levée de fonds de 4 M€ et transfert sur Alternext

Classé dans : Fusions-Acquisitions — lullyconseil @ 5:45

Laroche SA annonce le lancement d’une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription, d’un montant total de 4 millions d’euros.Le groupe, producteur et éleveur-vinificateur de vins haut de gamme, indique que l’opération a pour but de pérenniser son investissement en Afrique du Sud, de développer son implantation chilienne et de renforcer ses efforts marketing et commerciaux liés à sa stratégie de marque. Cette levée de fonds est couplée à un transfert des actions de Laroche sur Alternext (sous réserve de la réussite de l’augmentation de capital et de l’accord d’Euronext Paris SA) afin d’offrir aux actionnaires un cadre réglementaire plus complet que celui qui prévaut sur le Marché Libre où les actions sont actuellement cotées.

30 décembre, 2006

Pernod Ricard : cession de trois marques de whisky à Campari

Classé dans : Fusions-Acquisitions — lullyconseil @ 9:32

Pernod Ricard annonce avoir signé jeudi deux accords avec le groupe italien Campari en vue de lui céder ses marques de whisky Glen Grant, Old Smuggler et Braemar pour un montant total de 130 millions d’euros.

Le groupe français de vins et spiritueux rappelle qu’il s’était engagé auprès de la Commission Européenne à se séparer de ces trois marques dans le cadre de l’acquisition du britannique Allied Domecq.

Pernod indique dans un communiqué que la transaction devrait être close au cours du premier trimestre 2006, après l’obtention des différentes autorisations administratives, émanant notamment des autorités de la concurrence.

Il souligne que ses marques prioritaires dans les whiskies single malt seront désormais Glenlivet et Aberlour.

Champagne Taittinger : la famille reprend 37% du capital

Classé dans : Fusions-Acquisitions — lullyconseil @ 9:29
La famille Taittinger va redevenir d’ici la fin de l’année actionnaire de la maison de champagne avec le rachat de 37% du capital, soit la minorité de blocage, auprès du Crédit agricole du Nord-Est, selon des informations publiées vendredi par les Echos.En juin dernier, Crédit agricole du Nord-Est avait racheté pour 660 millions d’euros Champagne Taittinger à Starwood Capital, le fonds américain de capital investissement qui avait pris le contrôle de Groupe Taittinger en juillet 2005. Le Crédit agricole du Nord-Est tombera à moins de 20% du capital de la maison de champagne, l’allocation du reste du capital n’étant pas précisée à ce stade. « Il y aura d’autres opérations qui vont s’effectuer dans le courant du début de l’année 2007″, avait déclaré jeudi sur LCI Pierre-Emmanuel Taittinger, qui vient de prendre la direction de la maison éponyme, ajoutant que la famille ferait appel à des « capitaux amis » qui pourraient être des fonds d’investissement.Champagne Taittinger ne sera pas introduit en Bourse comme c’était le cas de Groupe Taittinger avant qu’il ne soit racheté par Starwood Capital, selon Les Echos

29 décembre, 2006

Un coup de chapeau pour finir l’année…

Classé dans : Fusions-Acquisitions — lullyconseil @ 19:03

je ne résiste pas au plaisir de conseiller le blog d’Hervé Bizeuil (domaine Clos des Fées). Un des grands artistes du vin actuels…

 http://www.closdesfees.com/dotclear/

Le budget des ménages « vins tranquilles » reste stable en France…

Classé dans : Fusions-Acquisitions — lullyconseil @ 9:34

La note rassurante de cette étude sur la stabilité du budget accordé aux vins est assombrie par la diminution du nombre d’achat. Les français achètent moins de vins mais augmentent le budget moyen de leur achat. Le bib, comme nouveau conditionnement, et le hard discount, comme nouveau mode de distribution confortent leur place.

Des achats moins nombreux mais plus chers

En analysant les résultats du panel, il est possible de faire plusieurs constats :

• Le nombre de ménage qui achète du vin reste relativement stable depuis plusieurs années.
• En revanche, la quantité moyenne achetée est en baisse, ceci étant corrélé à la diminution du nombre d’acte d’achat : les ménages français espaceraient donc leurs achats en vins.
• Les achats étant moins fréquents, il semblerait que les ménages y accordent alors un budget plus important, puisque le prix moyen d’achat est en hausse.
• Tout ceci se vérifie avec la dernière ligne du tableau par une somme moyenne dépensée par ménage en quasi stabilité.

En conclusion, les ménages français achètent mois souvent du vin, en moins grande quantité, mais gardent un budget constant en augmentant le prix des bouteilles qu’ils consomment.

Le budget accordé aux vins étrangers dépassent rarement 1€/litre
En fonction du prix au litre, la répartition des différentes catégories de vins est très variable. Ainsi, les vins étrangers sont surtout présents sur la tranche à moins de 1 €, avec près de 30% des volumes de cette tranche, devant les vins de pays (27%). La concurrence entre vins de pays et vins de table est visible jusqu’au seuil des 2,5 €. Au-delà, les vins de table n’apparaissent quasiment plus.
En ce qui concerne les Vqprd, une analyse plus détaillée permet de déterminer la répartition suivante :
• Moins de 2,5 €/le litre : 33,6% des volumes (stable par rapport à la campagne précédente)
• De 2,5 à 3,99 €/litre : 32,3% des volumes (en baisse)
• De 4 à 5,99 €/litre : 21,6% des volumes (en hausse)
• 6 €/litre et plus : 12,5% des volumes (en hausse)

Les vins rosés progressent fortement au sein des Vqprd

En 2005, les Vqprd ont représenté 54,7% des achats en volume et 72,9% en valeur, soit une légère  ausse des Vqprd par rapport aux autres catégories en comparaison avec 2004. Mais comme au global les quantités achetées par les ménages sont en baisse, le niveau d’achat des Vqprd par les ménages français recule de 1,6% sur l’année 2005.
Au sein des Vqprd, les vins rouges restent majoritaires avec 63,8% des volumes mais ils marquent un recul au profit notamment des vins rosés. En 2005 ces derniers ont atteint 16,1% des volumes contre 11% en 2000 et même 9% en 1998. Du côté des vins blancs, les chiffres se stabilisent avec 20,1% des volumes, après une tendance à la baisse constatée ces dernières années.
Au niveau des régions, peu d’évolutions sont à constater par rapport à la campagne précédente. La région de Bordeaux conserve la première place en terme de parts de marché malgré une légère baisse (26,9% en 2005 contre 28,3% en 2004).
Au niveau des prix, les appellations de Bourgogne restent les plus chères à 6,72 €/litre en moyenne, et leurs parts de marché ont même légèrement augmenté (de 3,6 à 4,1%).
source : Viniflhor – 28/12/2006

27 décembre, 2006

la bonne année pour les exportateurs…

Classé dans : Fusions-Acquisitions — lullyconseil @ 10:51

Exportations de vins et spiritueux : record battu !

(AFP – 21/12/06)

Grâce aux vins de Bordeaux, au cognac et à la vodka, la France va battre en 2006 son record, en valeur, des exportations des vins et spiritueux, avec plus de 8 milliards d’euros.
« C’est un très bon résultat et nous sommes optimistes pour l’avenir, avec l’arrivée de nouveaux marchés comme la Chine », estime Philippe Casteja, président de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS). Le précédent record datait de 2003 avec 7,812 milliards. Pour les 10 premiers de mois de 2006, le montant des exportations des vins et spiritueux s’élève déjà à 6,988 milliards, soit une progression de 14,2% par rapport à la période correspondante de 2005, selon les chiffres des Douanes françaises.

Ceci va porter le chiffre pour toute l’année 2006 largement au-dessus de la barre symbolique des 8 milliards, souligne le président de la FEVS. Les exportations sont principalement tirées par les vins de Bordeaux (+27% en valeur pour les 10 premiers mois de 2006), le cognac (+12,2%), l’armagnac(+18,6%) et la vodka (+132%). La Grande-Bretagne reste le meilleur client des vins et spiritueux français devant les Etats-Unis (+20% pour les 10 premiers mois), l’Allemagne, la Belgique et le Japon. La Chine, si on ajoute Hong Kong et Singapour qui servent principalement de plate-forme commerciale, apparaît parmi les dix premiers clients de la France dans ce secteur.

25 décembre, 2006

la conjoncture porte les vins AOC…

Classé dans : Fusions-Acquisitions — lullyconseil @ 21:30

Les prix des vins d’appellation sont en nette progression (+5,0 % sur un mois ; +11,7 % sur un an), grâce à la nouvelle récolte qui se commercialise mieux que la précédente. Par contre les vins de consommation courante se replient (-4,6 % en glissement annuel).

source : Atria – décembre 2006

1...6566676869

Les folies du TD L |
Mon ULM SAVANNAH |
Le Site officiel des économ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le blog du savoir
| Actus
| Sahara